Le site Officiel de l'UFDG - Union des Forces Démocratiques de Guinée

Au Forum du Crans Montana

Cellou Dalein au Crans Montana - Octobre 2014

A+ A A-

Le Président Cellou Dalein Diallo se prononce sur la démission de Loucény et rappelle le reste des points à satisfaire

Le President Cellou Dalein à CharlotteLe President Cellou Dalein à Charlotte

Quelques minutes après avoir appris la nouvelle de la démission de Loucény Camara à la tête de la CENI, votre quotidien Guinéenews© a recueilli la réaction du président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée, Cellou Dalein Daillo depuis Charlotte où il participe avec Sydia Touré de l’UFR et Saloum Cissé du RPG à la convention des Démocrates.

Guinéenews© : Le départ de Loucény Camara à la tête de la CENI est parmi les exigences de l’opposition pour aller aux législatives. Il vient d’annoncer sa démission. Votre réaction ?

Cellou Dalein Diallo : Je crois que si Loucény Camara part définitivement de la CENI, il faut considérer cela comme la satisfaction d’une de nos revendications. Mais il faut déplorer le fait qu’il ait attendu si longtemps, et que le président Alpha Condé l’ait soutenu dans cette position. La Guinée a perdu assez de temps et beaucoup des opportunités. Cette décision aurait été prise plutôt, et peut-être ça aurait fait éviter beaucoup de choses. Notamment, cela aurait évité les marches qui ont coûté la vie à des paisibles citoyens et causé des blessures et des emprisonnements chez d’autres. Mais c’est seulement si le président Alpha Condé avait fait preuve de flexibilité pour accepter les revendications légitimes des populations guinéennes.

Ceci dit, il reste d’autres revendications : il faut que le CNT s’empresse de reprendre les travaux sur la loi organique relative à l’organisation, composition et fonctionnement de la CENI conformément à l’article 133 de la Constitution. Et je pense que nous n’avons plus besoin des deux représentants de l’administration dans la nouvelle CENI que nous souhaitons tous paritaire. Donc on peut concevoir une CENI de 23 membres dont 10 de l’opposition, 10 du pouvoir et 3 de la Société civile. Car la nouvelle CENI doit être la seule habilitée et chargée d’organiser les élections politiques et référendaires en Guinée. Contrairement à l’actuelle CENI, mise en place par la loi 013 qui devait conjointement organiser et gérer les élections avec le ministère de l’administration du territoire.

Or, dans le nouveau contexte constitutionnel, ledit ministère doit apporter une assistance technique à la CENI, mais elle ne cogère pas l’organisation et la gestion des opérations électorales. 

Donc, le CNT devrait maintenant élaborer cette nouvelle loi et aider à accélérer le processus pour faire avancer les choses et sortir le pays de la léthargie.

Guinéenews© : Mais Loucény Camara démissionne en y restant pour assurer l’intérim…

Cellou Dalein Diallo : Vous savez bien qu’il y a une profonde crise de confiance en Guinée, notamment entre le pouvoir et l’opposition. Et si Loucény démissionne, il n’y a pas de raison qu’il reste pour assurer l’intérim. Il y a d’autres membres de l’institution qui peuvent en assumer les charges de l’intérim. Nous n’avons pas besoin ni de ses compétences ni de sa bonne foi car il n’en a pas. Son attitude semble suspecte.

Guinéenews© : A quoi s’attendre dans les heures qui suivent au sein du Collectif et de l’ADP ?

Cellou Dalein Diallo : Je crois qu’une réunion est convoquée pour demain qui va regrouper les leaders de l’ADP et du Collectif. Et à l’issue de cette rencontre, nous devons pouvoir faire une déclaration pour exprimer clairement notre position par rapport au dernier développement de la situation. C’est vrai une revendication est satisfaite, une autre peut-être rapidement satisfaite par le CNT avec l’élaboration et l’adoption de la loi sur la CENI.

Mais il y a le problème de Waymark dont les carences et les limites ont été mises en évidence par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Alors nous souhaitons avoir un opérateur privé choisi dans une parfaite transparence afin de garantir la confiance et le consensus de la classe politique pour accompagner l’opération de révision du fichier électoral.

Guinéenews© : Vous demandez au CNT d’élaborer la loi sur la CENI, alors que le Collectif et l’ADP viennent de retirer leurs représentants. Qu’en sera-t-il ?

Cellou Dalein Diallo : Je crois que si nous sommes convaincus qu’il y a une volonté politique réelle d’aller à des solutions consensuelles aussi bien pour la composition et la présidence de la CENI que pour le choix de l’opérateur pour la révision de la liste électorale, dans ces conditions nous n’excluons pas la possibilité de reprendre nos places dans les institutions.

Propos recueillis à Charlotte, Caroline du Nord par Abdoulaye Diallo, chef de bureau de Guinéenews© à New York, envoyé spécial à la Convention des Démocrates.

Les Fédérations de l'UFDG en Afrique africa@ufdgonline.org asie@ufdgonline.org canada@ufdgonline.org europe@ufdgonline.org am.latine@ufdgonline.org usa@ufdgonline.org
Copyright © 2013 Le site Officiel de l'Union des Forces Démocratiques de Guinée. Tous droits réservés. Site developpé par l'equipe UFDG-Online.