Le site Officiel de l'UFDG - Union des Forces Démocratiques de Guinée

Restez connecté avec nous

 

 CDD sur facebook Twitter Youtube Dailymotion

                    @MonUFDG                                       @ufdglive               @UFDG Online          @diallo255

A+ A A-

Le Président Cellou Dalein: Nous exigeons que les guinéens de l'extérieur votent.

Le Président Cellou Dalein et le journaliste Saliou BAH-Guinea-forumLe Président Cellou Dalein et le journaliste Saliou BAH-Guinea-forum

Le Président Cellou Dalein Diallo a passé en revue tous ses sujets brûlants de l'actualité nationale au cours d'une interview exclusive accordée à votre site. Pour le président de l’UFDG, l’aile dure de l'opposition ne se laissera plus faire avec le régime de Conakry. No comment !


 

Guinea-forum.orgMonsieur le président, un certain Aziz Camara vient de remplacer Lounsény Camara à la tête de la Commission Nationale Electorale Indépendante. Qu'est ce que cela vous inspire ?



Cellou Dalein Diallo :
 Écoutez, ça rend effective la démission de Lounsény Camara qui avait demandé à ce que la CNTG désigne son représentant à la CENI. Je pense que cela confirme simplement la démission de Lounsény Camara.


Guinea-forum.org:: Êtes-vous prêt à accepter Aziz Camara ?


Cellou Dalein Diallo : Écoutez, je ne le connais pas. Je n'ai pas d'objection à faire par rapport à sa désignation par la centralesyndicale.


Guinea-forum.orgPourquoi êtes-vous en France ?


Cellou Dalein Diallo : Je viens des États-Unis où j'étais invité par le parti démocrate pour assister à sa convention nationale. Je me suis arrêté ici (France NDLR) pour rencontrer les autorités françaises et pour prendre contact avec la fédération UFDG de France.


Guinea-forum.orgQu'est ce que vous avez dit aux autorités françaises ?


Cellou Dalein Diallo : On a parlé de la situation qui prévaut en Guinée. J'ai donné ma lecture des évènements. Et, j'ai fait part de mes inquiétudes de l' UFDG et de l'opposition guinéenne par rapport à Waymark notamment. j'ai rappelé les conditions opaques et suspectes de son recrutement. Et, j'ai rappelé aussi les conclusions des rapports d'audits aussi bien celles du PNUD que de l' OIF.


J’ai souhaité que les autorités françaises prennent conscience du déficit de confiance sur ce matériel en raison justement des conditions de son recrutement. Mais surtout des faiblesses techniques majeures identifiées aussi bien par le PNUD que par l' OIF.


Je leur ai dit que, si nous voulons aller à des élections apaisées, à des élections dont les résultats seront acceptés par tous, il faut que le facteur confiance soit là.


En ce qui concerne Waymark, nous n'avons pas du tout confiance dans la mesure où on ne sait pas pourquoi. On a mis à l'écart la SAGEM, et on ne sait pas pourquoi on a recruté un cabinet sans appel d'offre et cahier de charge.


Il y'a un doute sur la bonne moralité, d'abord, de Waymark. Mais aussi sur ses capacités techniques pour procéder à la mise à jour du fichier dans des conditions de sécurité satisfaisantes.


Guinea-forum.orgQuelle a été la réponse des autorités françaises ?


Cellou Dalein Diallo : elles acceptent que c'est pertinent le raisonnement que j'ai tenu. Les autorités françaises pensent que ça doit se négocier en Guinée. Et qu'il faut le voir à l'intérieur dans le cadre du dialogue qui devrait, normalement, s'ouvrir. Bon ! Pour le moment, j'ai dit qu'il n' y a pas encore de dialogue.

Ce qu'elles considèrent comme des concessions faites par le pouvoir en faisant démissionner Lounsény et en acceptant la parité au niveau de la CENI, ça a été fait de manière unilatérale. C'est sans doute pour satisfaire nos revendications. Mais, un dialogue n'est pas ouvert, encore, entre nous et le gouvernement.

Guinea-forum.orgActuellement, vous êtes en France. Comment sont vos rapports avec Bah Oury ?

Cellou Dalein Diallo : nous traversons une période difficile au niveau des relations. Mais, je pense, comme je l'ai toujours dit, que l' UFDG a suffisamment de ressources; il a suffisamment de militants et sympathisants et que nous aussi, de toute façon, nous devrions mesurer la portée d'une crise qui persisterait à l'intérieur de la direction de l' UFDG. Je pense qu'une solution va être trouvée par rapport au malentendu qui existe.


Guinea-forum.orgQu'est ce que Bah Oury vous reproche ?


Cellou Dalein Diallo : Je ne sais pas trop. Bon ! Pour l'instant, je ne souhaite pas m'étendre sur la crise dans la mesure où je souhaite qu'elle soit résorbée. Je ne peux pas étaler sur la place publique, justement, ma position ou celle de Bah Oury, ou les sources de conflit parce que je garde encore l'espoir qu'une solution puisse être trouvée.


Guinea-forum.orgQu'est ce que vous exigez concrètement du régime pour que les législatives se tiennent enfin ?


Cellou Dalein Diallo : Nous avions une dizaine de revendications. Au cours des négociations, par l'intermédiaire des bailleurs de fonds et des partenaires techniques et financiers comme on les appelle, on a dit qu'il fallait céder un certains nombre de choses sur un certain nombre de revendications, d'exigences : Le rétablissement des conseillers communaux, l'accès des partis de l'opposition aux médias publics, la liberté de mouvement. Nous n'avons pas renoncé à ces revendications. Mais, on n'en fait plus une condition préalable de notre participation aux élections.


Par contre, y'a trois conditions pour l' UFDG : le fichier, la mise à jour dans la transparence, dans la confiance, de ce fichier avec un opérateur crédible choisi de manière transparente. Et, nous avons la recomposition de la CENI pour rétablir la parité et le départ de Lounsény Camara. Y' a encore pour l’UFDG le vote des guinéens de l’extérieur qui sont des citoyens qui ont le droit de voter. la constitution leur en a donné.


Alpha Condé ne veut pas que les guinéens de l'extérieur votent. Nous exigeons que les guinéens de l'extérieur votent. Il pense que nous persistons sur ça parce que l'UFDG a près de 80% des suffrages exprimés à l'extérieur. C'est bien entendu pour cette raison, mais c'est pour la raison que nous défendons aussi le droit de tous les guinéens. Où qu'ils se trouvent. Ils ont le droit de participer à la vie politique.


C'est une question de principe. Même si leurs suffrages n'étaient pas en notre faveur, nous l'aurions défendus parce que nous voulons que les guinéens jouissent, où qu'ils se trouvent, de tous les droits qui leur sont reconnus par la constitution.


Guinea-forum.orgSi Alpha Condé ne se plie pas à vos exigences, que comptez vous faire ?


Cellou Dalein Diallo : nous sommes dans un groupe. Nous sommes dans un collectif avec l' ADP. Nous allons tout faire pour que nos revendications soient satisfaites. C'est le sens du combat que nous sommes en train de mener par les manifestations pacifiques.


Nous avons une grandiose manifestation le 20 septembre pour exiger la satisfaction de ces revendications essentielles que nous considérons comme les conditions de notre participation aux élections.


Guinea-forum.org: Nous sommes en septembre. Selon vous, est il possible d'aller aux législatives d'ici à la fin de l'année ?


Cellou Dalein Diallo : Je ne crois pas qu'il soit techniquement possible d'aller aux élections d'ici à la fin de l'année. L'année dernière, on était dans la même position. Lounsény avait fixé la date du 29 décembre sur l'insistance d' Alpha Condé. Mais, tout le monde savait à l'avance que c'était impossible.


À l'heure où nous sommes, la révision n'a pas commencé, on n'a pas mis en place laCENI, on n'a pas de consensus sur l'opérateur qui doit assister techniquement la CENIpour la révision des listes électorales. Je ne pense pas, qu'objectivement, on puisse organiser d'ici la fin de l'année.


Guinea-forum.org: Si on avait commencé par les législatives, est ce que le pays serait toujours plongé dans cette interminable transition.


Quelque part, est ce que vous n'êtes pas responsable de cette situation indésirable ?


Vous les anciens membres du forum des forces vives...


Cellou Dalein Diallo : Moi, j'ai été celui qui défendu fortement que les élections législatives soient organisées avant la présidentielle.


Guinea-forum.orgAh bon ?


Cellou Dalein Diallo : Bien entendu. Alpha Condé et moi, on ne peut pas nous reprocher de n'avoir pas défendu ça. C'est nous deux qui étions pour les législatives avant la présidentielle dans toutes les forces vives pratiquement. On n'a pas écouté.


Si vous entendez Alpha Condé dire que s'il est absent c'est Cellou Dalein qui vote pour lui, c'était surtout par rapport à cette question. Nous deux, nous voulions que les législatives soient organisées avant la présidentielle. À l'époque, d'autres leaders souhaitaient qu'on commence par la présidentielle.


Mais, il faut dire une chose : c'est que la décision d'organiser la présidentielle en juin 2010 a été prise à l'insu des forces vives. Le projet d'accords politiques global concocté par le médiateur, Blaise Compaoré, prévoyait quand même l'organisation des législatives avant la présidentielle.


Les législatives étaient prévues en avril 2010 et la présidentielle en octobre de la même année. J'ai encore le document.


C'est Alpha Condé et moi qui nous étions battus pour que ça soit ainsi contre Jean Marie Doré, Sidya Touré et les autres. Mais, il faut dire que les accords de Ouaga ont été signés sans les forces vives. C'est ce qu'on oublie.


C'est Sékouba Konaté, Moussa Dadis et le médiateur, Blaise Compaoré, qui avaient qui ont signé. Les forces vives n'ont pas pris part à la négociation qui a permis le transfert du pouvoir à Sékouba. Et à la décision d'organiser la présidentielle en juin 2010.


Guinea-forum.orgAvec le recul, avez- vous des reproches envers au défunt forum des forces vives ?


Cellou Dalein Diallo : C'étaient des adversaires au plan politique qui étaient réunis là. Vous avez tous les partis qui devaient compétir à ces élections....


Guinea-forum.org: Je voudrais faire allusion au choix de Jean Marie Doré à la primature ... Le choix de ce monsieur n'a-t-il pas été une erreur de la part des forces vives ?


Cellou Dalein Diallo : Vous savez, moi, j'ai défendu ouvertement et clairement pour qu'on désigne Rabiatou Sera Diallo pour être chef du gouvernement de la transition. Parce que je ne souhaitais pas que ça soit un acteur politique.


Je pense que les acteurs politiques devraient compétir. Et que la transition devait être gérée par des gens neutres qui ne sont pas intéressés à la compétition. C'est pourquoi, j'ai toujours défendu que le premier ministre de la transition vienne plutôt du forum social. Je pensais que Hadja Rabiatou était bien indiquée pour exercer cette fonction.


Guinea-forum.orgPourquoi appelez-vous Alpha Condé «professeur» alors qu'à un moment donné il vous a traité de «ça» ?


Cellou Dalein Diallo : J'ai souvent dit monsieur Alpha Condé. Bon, c'est un titre qu'on lui donne. je ne sais pas .... C'est pas moi qui lui ai donné ce titre. C'est un titre officiel. Lorsqu'il signe, mêmes les décrets, c'est écrit professeur Alpha Condé. Je pense que ça fait partie de ses titres. je ne cherche pas à savoir comment il l'a acquis. Moi, je considère, aujourd'hui, que c'est le nom officiel du président de la Guinée. (Rires)


Propos recueillis à Paris par Mamadou Saliou Diallo et Aliou Bah pour Guinea-forum.org.

 

Les Fédérations de l'UFDG en Afrique africa@ufdgonline.org asie@ufdgonline.org canada@ufdgonline.org europe@ufdgonline.org am.latine@ufdgonline.org usa@ufdgonline.org
Copyright © 2013 Le site Officiel de l'Union des Forces Démocratiques de Guinée. Tous droits réservés. Site developpé par l'equipe UFDG-Online.